O

N retrouve dans la peinture de Carrillo les traditions de génie des grands peintres espagnols, le don d’évocation, la puissance des contrastes, le réalisme des paysages et des personnages, l’équilibre des compositions.

Il s’y ajoute une marque profonde d’originalité par la délicatesse, la pudeur, la  franche simplicité qui se dégagent de ces toiles lumineuses dans une harmonie  de formes et de couleurs.

 

Au travers de cette harmonie on sent poindre l’inquiétude des véritables artistes, le besoin d’être aimé et admiré pour la beauté de leur œuvre et la transparence d’un message gratuit d’amour délivré à qui veut le prendre en réciprocité d’une quête d’amour.

        

Le message est accompagné de ce que Mario Angel Marrodan appelle la poésie de la couleur. Les toiles de Juan Carrillo sont riches d’émotion visuelle, d’une tonalité enchanteresse comparable à celle d’un Monet ou d’un Cézanne. C’est pourquoi je ne doute pas que le rêve de l’artiste se réalise et que sa peinture traverse les siècles futurs aux cimaises des grands Musées du monde à commencer par le Prado et le Louvre.

       

Tel est le vœu que je forme de concert avec ses nombreux admirateurs lesquels trouveront à la lecture de ce beau livre un nouveau motif d’attachement pour le “peintre-poète” de Murcie et d’Extrémadure.

                                                                                                                                                                 ANDRE CHABAUD,

                                                                                                                                                                                       Directeur du Musée du Louvre, Paris.

 

Retour à CRITIQUES